COVID-19: Edouard Philippe a présenté le plan de déconfinement

Le Premier ministre, Edouard PHILIPPE a présenté aujourd’hui le plan de déconfinement point par point pendant près d’une heure à l’Assemblée Nationale.

Il rappelle que la France n’a jamais connu une telle situation dans son histoire « ni pendant les guerres, ni pendant l’occupation, ni pendant les précédentes épidémies. Jamais le pays n’avait été confiné comme il l’est aujourd’hui. Et de toute évidence, il ne peut l’être durablement ». Il précise que si le confinement durait trop longtemps, il pourrait entraîner des effets délétères.

Il présente le confinement « comme un instrument efficace pour lutter contre le virus, pour contenir la progression de l’épidémie, pour éviter la saturation de nos capacités hospitalières, pour protéger les français les plus fragiles ».

Quelques chiffres:

  • Depuis 14 avril, le nombre de cas de Covid 19 hospitalisés a diminué, en passant de plus de 32 000 patients hospitalisés à environ 28 000.
  • Depuis le 8 avril, le nombre de cas de Covid 19 en réanimation a diminué. Il dépassait 7100, et il est maintenant de 4600.
  • Selon une étude de l’Ecole des Hautes Etudes en Santé Publique, le confinement aura permis d’éviter au moins 62 000 décès sur un mois, et 105 000 lits de réanimation auraient manqué en l’absence de confinement.

Il affirme que « un confinement prolongé au-delà du stricte nécessaire aurait pour la Nation des conséquences gravissimes »: l’arrêt prolongé de la production des pans entiers de notre économie, la perturbation durable de la scolarisation d’un grand nombre d’enfants et des adolescents, l’interruption des investissements publics ou privés, la fermeture prolongée des frontières, l’extrême limitation de la liberté de se déplacer et de se réunir en famille.

Quelle est la stratégie nationale en matière de déconfinement?

Cette stratégie repose sur trois constats:

  • Le constat médical: Les Français devront vivre avec le virus car il n’y a ni vaccin disponible à court terme, ni aucun traitement ayant démontré aujourd’hui son efficacité. D’ailleurs, « nous sommes loin d’avoir atteint la fameuse immunité de groupe ». Donc, le virus va continuer à circuler parmi nous, à moins d’espérer que le virus disparaisse de lui-même, ou de trouver grâce à la recherche un vaccin peut- être dans 12 à 24 mois. En attendant, il faudra s’en protéger.
  • Le constat à la fois médical et politique: Il y a un risque que l’épidémie recommence. Notre système hospitalier a tenu: au prix d’une fatigue bien compréhensible des femmes et des hommes, au prix d’une consommation de médicaments de réanimation, au prix d’une déprogrammation des opérations chirurgicales non nécessaires à court terme, mais qui finiront bien par l’être. « Le risque d’une seconde vague, qui viendrait frapper un tissu hospitalier fragilisé, qui imposerait un reconfinement, lequel ruinerait les efforts et les sacrifices consentis au cours de ces huit semaines est un risque sérieux« . Il faudra procéder avec prudence. Le deuxième axe de la stratégie nationale sera donc la progressivité.
  • L’élément géographique: La circulation du virus est non uniforme dans le pays. Elle est hétérogène et crée des différences entre les territoires. Dans certains territoires, le virus est quasiment absent, alors que d’autres territoires, même après six semaines de confinement, sont durement touchés et connaissent encore un nombre quotidien significatif de nouveaux cas. Il est nécessaire de prendre en compte ces différences pour organiser le déconfinement, afin de laisser aux maires et aux préfets la possibilité d’adapter la stratégie nationale en fonction des circonstances.

Retenons les 3 principes de la stratégie nationale: vivre avec le virus, agir progressivement, adapter localement.

Quelques rendez-vous:

Ce mercredi 29 avril, une rencontre est organisée avec des membres du gouvernement, des associations d’élus locaux et les préfets. Ce jeudi 30 avril, une autre réunion est prévue avec les partenaires sociaux pour engager ce travail de concertation et d’adaptation du plan aux réalités de terrain.

Dès le 11 mai, la mise en oeuvre de la stratégie nationale sur le tryptique : protéger, tester et isoler

Protéger: C’est éviter d’être infecté par le virus ou d’infecter les autres. Selon les médecins, il y a des gens avec des symptômes et d’autres sans symptômes qui peuvent transmettre le virus. Chacun doit avoir un comportement pour éviter la contamination. Le respect de gestes barrières et les mesures de distanciation prendra encore plus d’importance. Il faudra y ajouter le port du masque dans certaines situations. Comme la France a dû gérer un risque de pénurie de masques, trois décisions ont été prises:

  • augmenter la production nationale de masques chirurgicaux dans la mesure du possible, en doublant et en atteignant 5 fois sa production initiale.
  • réserver le stock existant aux soignants hospitaliers,.
  • produire des masques en tissu pour compléter l’offre et ne pas dépendre des importations (dont nous savions pas si elle pourrait reprendre et si oui pour combien de temps).

L’Etat va soutenir financièrement les collectivités locales qui achètent dès aujourd’hui des masques grand public, en prenant en charge 50% du coût des masques dans les limites d’un prix de référence. De plus, l’Etat a permis la réouverture récente des marchands de tissu et des ateliers de couture et diffuser des guides pratiques de confection de masques pour que chacun puisse en produire.

La responsabilité du gouvernement est d’organiser la répartition et la distribution des masques. Les Français pourront se procurer des masques dans tous les commerces dans quelques semaines. Les entreprises doivent équiper leur salarié, dans la mesure du possible. Un appui au TPE et aux indépendants sera nécessaire. Dès le 30 avril, une plateforme de e-commerce sera mise en place par la poste et distribuera plusieurs milliers de masques grand public à ceux qui ont en besoin. L’Etat et les collectivités territoriales assureront la protection de leurs personnels, surtout ceux en contact avec le public. Les personnels de l’Education nationale et les collégiens recevront des masques. Les pharmacies et la grande distribution seront invitées à vendre, dans des conditions définies avec eux, des masques jetables ou lavables. Un particulier peut se confectionner un masque dans les conditions recommandés par l’AFNOR. Enfin, une enveloppe hebdomadaire de 5 millions de masques lavables est réservée, pour assurer la distribution des masques aux citoyens qui vivent dans la plus grande précarité, une distribution réalisée via les CCAS et les acteurs associatifs.

Tester: A la sortie du confinement, nous serons en capacité de massifier nos tests. L’objectif est de réaliser au moins 700 000 tests virologiques par semaine au 11 mai. Parce que le Conseil scientifique explique que les modèles épidémiologiques prévoient entre 1000 à 3000 nouveaux cas chaque jour au 11 mai. Nous avons engagé la mobilisation conjointe des laboratoires publics et privés pour garantir un accès de proximité au prélèvement, et nous allons faire passer à 100% la prise en charge de ces tests par l’Assurance maladie. Il faudra rendre la réalisation du test facile et rapide. Si une personne est positive, nous engagerons un travail d’identification et le test de toutes les personnes symptomatiques ou non, ayant eu un contact rapproché avec elle. Elles seront testées et invitées à s’isoler. Cette règle nécessite la mobilisation de tous, par exemple des médecins généraux et des infirmiers libéraux pour rechercher les cas contacts de la cellule familiale, des équipes de l’Assurance maladie pour assurer la démultiplication de l’identification des cas contacts au-delà de la cellule familiale. Dans chaque département, des brigades seront chargés de remonter la liste des cas contacts, de les appeler, de les inviter à se faire tester dans tel lieu, de vérifier que les tests ont bien eu lieu et que leurs résultats donnent lieu à l’application correcte de la doctrine nationale.

Isoler: L’objectif final est d’isoler au plus vite les porteurs du virus pour casser les chaînes de transmission. L ‘isolement est une mesure de précaution collective, qui doit être expliquée, consentie et accompagnée. Nous prévoyons des dispositifs de contrôle si cela doit être nécessaire. Il faudra compter sur la responsabilité et le civisme de chacun. Le préfet et les collectivités territoriales pourront définir avec les acteurs associatifs, les professionnels de santé, les acteurs de la prise en charge à domicile, le plan d’accompagnement des personnes placées dans cette forme d’isolement. Soit la personne testée positive s’isole chez elle, soit elle s’isole dans un hôtel réquisitionné.

Le premier ministre a parlé de l’application, en cours de développement, Stop Covid, qui pose beaucoup de questions. Elle devrait permettre d’intégrer un parcours sanitaire. Il y aura un débat et un vote spécifique, quand elle fonctionnera et avant sa mise en oeuvre.

Un déconfinement adapté aux réalités locales

Le premier ministre rappelle que le déconfinement sera progressif, en fonction des territoires, pour éviter une deuxième vague et un reconfinement généralisé. Il faudra surveiller tous les indicateurs pour vérifier département par département, afin de pouvoir lancer les opérations à la date du 11 mai. A cette date, 3000 cas nouveaux par jour est l’hypothèque des modélisations. Si les indicateurs ne sont pas au rendez-vous le 11 mai, le déconfinement n’aura pas lieu à cette date, ou le déconfinement sera plus stricte.

Dans le cas contraire, si tout est prêt le 11 mai, une phase commencera et durera jusqu’au 2 juin, pour vérifier que les mesures mises en oeuvre puissent permettre de maîtriser l’épidémie. Ensuite, il s’agira d’apprécier, en fonction de ces évolutions, les mesures à considérer pour la phase suivante, à partir du 2 juin jusqu’à l’été.

La progressivité s’accompagne d’une différenciation selon les territoires. Le gouvernement proposera un cadre de déconfinement adapté aux réalités locales de l’Hexagone et de l’Outre-mer.

La direction générale de la santé et Santé Publique France ont établi 3 ensembles de critères pour identifier les départements où le déconfinement doit prendre une forme plus stricte:

  • soit le taux de cas nouveaux dans la population sur une période de 7 jours reste élevé, ce qui montrerait que la circulation du virus reste active.
  • soit que les capacités hospitalières régionales en réanimation reste tendue.
  • soit que le système local de tests et de détection de chaînes de contamination ne soit pas suffisamment prêt.

Ces indicateurs seront cristallisés le 7 mai pour déterminer quand quelle catégorie se situe le département rouge (circulation élevée) et département vert (circulation diminuée). Dès ce jeudi 30 avril, le directeur de la santé va présenter tous les soirs, la carte avec les résultats département par département. Cette carte guidera chaque département dans le préparation du 11 mai.

L’organisation de la vie quotidienne des Français: écoles, entreprises, commerces, transports, vie collective

Ecoles, Collèges, Lycées: Le retour est un impératif pédagogique et de justice sociale car tous ne peuvent pas suivre un enseignement à distance. Il faut garantir la réussite éducative des élèves et des plus vulnérables car leur scolarité souffre du confinement. C’est un retour à concilier avec la préservation de nos objectifs de santé publique. « Nous proposons une réouverture très progressive des maternelles et des écoles élémentaires, partout sur le territoire et sur la base du volontariat ». A compter du 18 mai, seulement dans les départements où la circulation du virus est très faible, nous envisageons l’ouverture des collèges en commençant par les classes de 6e et de 5e.

La réouverture des lycées sera décidée fin mai, en commençant par les lycées professionnels début juin. La réouverture des classes se fera dans des conditions sanitaires strictes, en ne dépassant pas l’effectif de 15 élèves par classe. La vie scolaire sera organisée autour du respect des règles barrières, de mesure d’hygiène stricte et de la distribution de gels hydro-alcoolique. Les masques sont fournis à tous les enseignants et les encadrants des établissements scolaires quand ils ne pourront pas respecter les règles de distanciation physique. Les masques pour les enfants en maternelle sont prohibés et non recommandés pour les élèves de l’école élémentaire. L’Education nationale mettra des masques pédiatriques à disposition des directeurs d’école, en cas de symptômes. Le masque est obligatoire et sera donné aux collégiens qui n’ont en pas pu s’en procurer.

Les crèches peuvent ouvrir en accueillant 10 enfants maximum ou plusieurs groupes de 10 enfants si l’espace le permet. Il s’agira de prioriser les enfants des personnes qui ne peuvent pas faire du télétravail, issues de famille monoparentale, les enfants des soignants et des enseignants. Le masque grand public est obligatoire pour les professionnels de la petite enfance, mais le port du masque est interdit pour les enfants de moins de 3 ans.

Reprise de la vie économique: Il faut réorganiser la vie au travail. Le télétravail doit être maintenu partout où c’est possible au moins dans les trois prochaines semaines, afin de limiter le recours aux transports publics et les contacts. Pour ceux qui ne peuvent pas faire de télétravail, la pratique des horaires décalés dans les entreprises doit être encouragée pour permettre l’étalement des flux de salariés dans les transports et pour diminuer la présence simultanée des salariés dans un même espace de travail. « S’agissant des conditions de travail, nous devons amplifier la démarche engagée par les fédérations professionnelles et le ministère du travail pour réaliser les guides et les fiches métiers qui accompagnent les réorganisations nécessaires au sein des entreprises ».33 guides sont aujourd’hui disponibles, il en faut environ 60 pour couvrir tous les secteurs et ils doivent être prêt pour le 11 mai. Cette démarche associe les partenaires sociaux, et doit se concrétiser dans chaque entreprise sous la forme de nouveau plan d’organisation du travail, avec une attention particulière aux emplois du temps, aux gestes barrières, à l’aménagement des espaces de travail. Le port du masque devra être mis en oeuvre dès lors que les règles de distanciation physique ne peuvent pas être garanties dans l’organisation du travail.

Le Premier ministre va échanger ce jeudi 30 avril avec les syndicats de salariés et les représentants des employeurs sur ces sujets. Le dialogue social à tous les niveaux doit être mobilisé pour permettre le retour au travail dans un cadre qui garantit la santé et la sécurité des salariés. Il est prévu un échange aussi sur les mesures d’accompagnement des entreprises qui font face à des difficultés. Le dispositif d’activité partielle restera en place jusqu’au 1er juin, et sera adapté progressivement afin d’accompagner la reprise d’activités si l’épidémie est maîtrisée. Le gouvernement continuera à protéger les personnes vulnérables et les secteurs professionnels demeureraient fermées.

Commerces: Une réouverture est prévue à compter du 11 mai. Aujourd’hui, seuls certains commerces essentiels sont ouverts. Tous, sauf les cafés et restaurants, vont ouvrir à compter du 11 mai. Les marchés seront en général autorisés sauf décision contraire des maires et des préfets car il n’est pas possible de les organiser dans des conditions de respect des gestes barrières et de distanciation physique. Chaque commerce réouvert doit respecter un cahier des charges stricte, limitant le nombre de personnes présentes en même temps dans le magasin, en organisant les flux afin de faire respecter la règle de la distance minimale d’un 1 mètre par personne, sans contact autour d’elle. Il devra bien évidemment veiller à la protection de son personnel. Le port du masque grand public sera recommandé pour les personnels et les clients lorsque les mesures de distanciation physique ne peuvent être garanties. Un commerçant pourra subordonner l’accès de son magasin au port du masque. L’ouverture des commerces comprendra une exception pour les centres commerciaux qui ont une zone de chalandise qui va au-delà du bassin de vie et donc qui génèrent des déplacements et des contacts que nous ne voulons pas encourager. Les préfets pourront décider de ne pas laisser ouvrir les centres commerciaux de plus de 40. 000 mètres carrés, qui risquent de susciter de tel mouvement de population.

Fin mai, le gouvernement statuera sur la réouverture des bars, des cafés et des restaurants pour décider s’ils peuvent ouvrir après le 2 juin.

Transports: Les décisions relatives au transport sont particulièrement ardues. « Les transports sont un dispositif clé pour la reprise économique, mais le respect de la distanciation physique et des gestes barrières y est particulièrement difficile ». (..) Nous allons prendre deux séries de décision. D’abord, il s’agira de remonter au maximum l’offre de transport urbain, 70% de l’offre de la RATP sera disponible le 11 mai et nous devons remonter rapidement à l’offre nominale. Ensuite faire baisser la demande en favorisant le télétravail, en étalant les horaires, en demandant aux Français de considérer que les transports aux heures de pointe doivent être réservés à ceux qui travaillent.

Le premier ministre souhaite que dans chaque agglomération une concertation s’engage très rapidement entre les autorités organisatrices de transport, les usagers, les opérateurs de transport pour arrêter les conditions de mise en oeuvre précises de ces objectifs. L’Etat peut aider pour organiser les flux et réserver les transports à certaines heures à certaines populations. Le port du masque sera obligatoire dans tous les transports (métro, bus) et les opérateurs de transport doivent pour les trois semaines à venir s’organiser même dans le métro pour permettre de respecter les gestes barrières. Cela signifie que la capacité du métro parisien sera réduite. Il faudra condamner un siège sur deux, favoriser par des marquages au sol la bonne répartition sur les quais, se préparer à limiter les flux en cas d’affluence. Les bus scolaires pourront circuler avec la même règle de 1 sur 2, avec l’obligation de port du masque pour les chauffeurs et pour les écoliers à partir du collège. Le port de masque est obligatoire dans les taxis et les VTC qui ne disposent pas du système de protection en plexiglas.

Les déplacements inter régionaux ou inter départementaux: Le gouvernement propose une logique inverse. Nous voulons réduire ces déplacements au seul motif professionnel ou familial impérieux, pour limiter la circulation du virus. Donc, nous allons continuer à réduire l’offre, à exiger une réservation obligatoire dans tous les trains, TGV ou non, à décourager les déplacements entre département.

Le premier ministre décourage les Français, qui aimeraient partir en week-end, même si le jeudi de l’ascension sera bien férié.

Vie collective et sociale: Le retour de la vie sociale attendu par tous les Français. Au delà du confinement, les aînés subissent la solitude à domicile et l’ isolement dans les Ehpad, privés pendant de longues semaines de toute visite de leurs enfants et leur petits enfants. Nous demanderons à nos aînés de continuer à se protéger. Il faut qu’ils respectent les règles similaires à la période de confinement en se protégeant et en limitant leur contact et donc leur sortie. Les personnes les plus âgées doivent patienter. Les visites privées, quand elles reprennent doivent être entourées de précaution comme les sorties. « En vous protégeant, vous protégez le système hospitalier, vous protégez les plus fragiles d’entre vous ». La vie sociale va reprendre progressivement. Et il sera à nouveau possible de circuler librement sans attestation, sauf pour les déplacements à plus de 100 kilomètres du domicile, qui ne seront possibles que pour un motif impérieux, familial ou professionnel.

Les activités sportives et les loisirs: Il sera possible de pratiquer une activité sportive individuelle en plein air en dépassant la barrière actuelle du kilomètre, et en respectant les règles de distanciation physique. Il est impossible de pratiquer du sport dans des lieux couverts, ni des sports collectifs, ni des sports de contact. La réouverture des parcs et des jardins se fera uniquement dans les départements verts. Les plages seront inaccessibles au public jusqu’au 1er juin.

Les activités culturelles: Les médiathèques, les bibliothèques, les petits musées pourront ouvrir dès le 11 mai. Ce ne sera pas le cas pour les grands musées attirant un grand nombre de visiteurs hors de leur bassin de vie, les cinémas, les théâtres et les salles de concert où on reste à la même place dans un milieu fermé. Les salles des fêtes et les salles polyvalentes resteront fermées jusqu’au 2 juin.

Le premier ministre veut donner aux organisateurs d’événement de la visibilité, donc les grandes manifestations sportives, culturelles notamment les festivals, les grands salons professionnels, tous les événements qui regroupent plus de 5000 participants ne pourront se tenir avant le mois de septembre, et la saison 2019- 2020 de sports professionnels de football ne pourra pas reprendre.

Les lieux de culte pourront continuer à rester ouvert et il ne faut pas organiser de cérémonies avant le 2 juin. Les cérémonies funéraires resteront autorisées comme aujourd’hui dans la limite de 20 personnes. Les cimetières sont ouvert au public dès le 11 mai. Les mairies pourront continuer à proposer sauf urgence le report des mariages. Les rassemblements organisés sur la voie public ou dans des lieux privés seront limités à 10 personnes.

Le gouvernement propose de rétablir un régime de libertés dans lequel des exceptions sont fixées.

Le premier ministre donne rendez-vous aux Français à la fin du mois de mai pour évaluer les conditions dans lesquelles il faudra organiser une nouvelle phase de déconfinement et prendre des décisions sur la réouverture des cafés, des restaurants, sur l’organisation des vacances.

Deux sujets sur lesquels il faudra légiférer

  • La loi doit autoriser les brigades à participer à ces enquêtes épidémiologiques dans lesquelles l’accès à des données médicalisées pourra être nécessaire.
  • Il faudra limiter cette possibilité de se déplacer dans les zones préservées.

Le premier ministre proposera au parlement d’adopter une loi, qui autorisera la mise en oeuvre des mesures nécessaires à l’accompagnement du déconfinement. Ce projet sera soumis à l’examen du conseil des ministres samedi prochain et sera soumis au Sénat et à l’Assemblée nationale la semaine prochaine.

Le choix d’annoncer la stratégie nationale à l’Assemblée nationale

Le gouvernement a exposé cette stratégie nationale, en choisissant d’avoir recours aux dispositions de l’article 50-1 de la Constitution. « Nous avons choisi de réserver à l’Assemblée nationale ces annonces et au-delà de ces annonces la capacité de réagir, de critiquer, d’interroger le gouvernement sur ce plan, qui a vocation a être complété par les autorités locales des organisations syndicales et patronales ». L’Assemblée nationale est un lieu symbolique dans notre démocratie. La mission d’informations, les commissions permanentes et les questions au gouvernement pendant le confinement ont continué. « Nous communiquons toutes les semaines à l’Assemblée et au Sénat, sur les décisions prises dans le cadre de l’état d’urgence sanitaire y compris celles qui ne relèvent pas du domaine législatif ». Malgré l’état d’urgence sanitaire, des difficultés à exercer ses mandats en période de confinement, la démocratie parlementaire reste vivante, exigeante mais indispensable.

Enfin, c’est permettre à chaque député de voter et de dire sa position sur la stratégie exposée. Le gouvernement veut que les députés puissent prendre des positions politiques (oui, non, abstention) en responsabilité.

Dès le 11 mai, le succès de cette stratégie reposera sur l’autorité de l’Etat, sur le civisme, la discipline et la solidarité des Français.

Le port du masque est obligatoire pour le personnel de l’Education et les élèves dans les collèges, pour les professionnels de la petite enfance dans les crèches, dans les entreprises, sur le lieu de travail, dans les transports. Il est recommandé dans les commerces.

St@y connected!

Salaura DIDON

Une réponse sur « COVID-19: Edouard Philippe a présenté le plan de déconfinement »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.