Desk

[Obligation vaccinale] La sénatrice de la Guadeloupe Victoire JASMIN alerte le Président de la République Emmanuel MACRON sur la situation physique de Denis DELOUMEAUX, en grève de la faim

Dans un courrier d’information daté du jeudi 3 mars 2022, la sénatrice de la Guadeloupe Victoire JASMIN présente, au Président de la République Emmanuel MACRON, le portrait professionnel de Denis DELOUMEAUX, un adjoint administratif au CHUG, suspendu le 27 octobre 2021 parce qu’il a refusé de se soumettre à l’obligation vaccinale. Ce père de famille est donc sans travail et sans salaire. Il est en grève de la faim depuis le samedi 12 février 2022 sur le parking du CHUG. C’est sa manière de lutter contre un certain nombre d’injustices parce que des mamans et des papas sont exclus de la société, alors qu’ils n’ont pas fait de fautes professionnelles. La sénatrice demande au Chef de l’Etat, un aménagement des conditions de travail pour Denis DELOUMEAUX visant sa réintégration progressive au CHUG. Elle estime que tous les personnels suspendus devraient bénéficier d’une réintégration sur leurs postes de travail. Sa lettre s’inscrit dans un contexte favorable : levée du pass vaccinal en France hexagonale le lundi 14 mars 2022, levée de l’état d’urgence sanitaire en Guadeloupe, baisse de la vague épidémique sur l’ensemble du territoire.

Courrier de Victoire Jasmin au Président Emmanuel Macron

La suspension de l’obligation vaccinale

Dans un courrier daté du samedi 26 février 2022 et dans un communiqué de presse daté du lundi 28 février 2022, le député de la Guadeloupe Olivier SERVA a demandé au gouvernement de considérer la possibilité de publier, à brève échéance, le décret prévu au IV de l’article 12 de la loi du 5 août 2021 prévoyant la possibilité « compte tenu de l’évolution de la situation épidémiologique et des connaissances médicales et scientifiques », de suspendre l’obligation vaccinale pour les personnels qui y sont soumis, afin de garantir l’offre de soins.

Courrier et communiqué de presse d’Olivier Serva

En effet, la LOI n° 2021-1040 du 5 août 2021 relative à la gestion de la crise sanitaire (1) stipule au IV de l’article 12 qu’« un décret, pris après avis de la Haute Autorité de santé, peut, compte tenu de l’évolution de la situation épidémiologique et des connaissances médicales et scientifiques, suspendre, pour tout ou partie des catégories de personnes mentionnées au I, l’obligation prévue au même I ».

St@y connected!

Salaura DIDON

Laisser un commentaire