[Economie] Six compagnies aériennes desserviront les Etats et territoires membres de la CARICOM

Lors de la 20è réunion extraordinaire de la Conférence des chefs d’Etat et de gouvernement de la CARICOM, la Communauté des Caraïbes (Caribbean Community), qui s’est tenue en visioconférence sur Zoom le vendredi 3 juillet 2020, le Premier ministre de Saint-Vincent-et-les-Grenadines Dr. Ralph Gonsalves est devenu le président de la CARICOM pour une période de six mois (juillet-décembre 2020). Il succède au Premier ministre de Barbade, Mia Amor Mottley. Ces deux premiers ministres ont déclaré que six compagnies aériennes privées sont envisagées pour desservir les pays membres de la Communauté des Caraïbes, afin de remplacer la LIAT.

Quelles sont ces compagnies aériennes?

Le Premier ministre de Saint-Vincent-et-les-Grenadines Dr. Ralph Gonsalves est convaincu que plusieurs compagnies aériennes pourront garantir des vols bons marchés et sûrs. Il est aussi responsable des transports régionaux au sein du quasi-cabinet de la CARICOM. « Je crois que nous allons être en mesure de fournir, en très peu de temps, une quantité suffisante de transports régionaux pour desservir la sous-région, pour nous desservir en toute sécurité, de manière faible, durable et à un prix raisonnable. Je veux rassurer le peuple de la Communauté des Caraïbes », a-t’il affirmé.

Pour vous rendre dans les Etats membres de la CARICOM, vous pourrez prendre:

  • Caribbean Airlines appartenant à l’État de Trinidad-et-Tobago,
  • Inter-Caribbean basée aux îles Turks et Caicos,
  • One Caribbean à Saint-Vincent-et-les Grenadines,
  • SVG Air à Saint-Vincent-et-les Grenadines,
  • Silva située aux États-Unis,
  • Air Antilles dans les départements français d’Amérique veut desservir la Caraïbe du Sud.

Selon le Premier ministre de Barbade Mia Mottley, la bonne nouvelle est que la CARICOM s’engage à proposer des voyages fiables et à des prix abordables dans les Caraïbes orientales. « Nous sommes convaincus que ces six compagnies aériennes peuvent plus que combler le vide immédiat, compte tenu en particulier de la réduction des vols pendant le COVID », a-t-elle déclaré.

Aussi, d’autres acteurs du secteur privé ont exprimé leur souhait de travailler seuls ou avec des compagnies aériennes existantes pour remplacer la LIAT. Un rapport révèle qu’il existe 38 compagnies aériennes qui desservent la Communauté des Caraïbes, dont 9 sont des compagnies étrangères. Les 29 restantes se trouvent principalement dans la Caraïbe du Nord. La Caraïbe du Sud étant un peu moins desservi. « Nous espérons donc pouvoir faire en sorte que les habitants de la région puissent prendre l’avion à un prix abordable, de manière fiable et sûre dans quelques semaines », a précisé Mia Mottley.

Discours du Dr Ralph Gonsalves le vendredi 3 juillet 2020

Discours de Mia Mottley le vendredi 3 juillet 2020

Source: Facebook de la CARICOM, Caribbean Community
Source: Facebook de la CARICOM, Caribbean Community

Les priorités des gouvernements de la CARICOM

Les gouvernements doivent se focaliser sur le maintien en vie de leurs citoyens. «Les gouvernements doivent maintenant utiliser leurs fonds pour pouvoir faire face aux dépenses de santé, aux problèmes d’eau, pour pouvoir faire face à d’autres types de transport, pour pouvoir aussi faire face à notre secteur du tourisme car nos populations vulnérables nous demandent toutes de leur venir en aide parce qu’elles n’ont aucun revenu. Dans la majeure partie de la région, le chômage a doublé dans certains cas et il a triplé dans d’autres cas», a déclaré Mia Mottley.

Elle a aussi expliqué que « le Conseil d’administration de la LIAT, en raison de la lourde dette que la compagnie aérienne a supportée, pas maintenant, mais depuis de nombreuses années, nous a indiqué ne plus être en mesure de faire du commerce sous le nom de la LIAT (1974) Ltd, et qu’en vérité et en fait, l’entreprise est effectivement insolvable et qu’elle a besoin d’être liquidée ».

De plus, les différents gouvernements actionnaires des Caraïbes disent être en faillite et ils ne peuvent plus aider financièrement la LIAT (1974) Ltd. qui est en difficulté. La plupart des gouvernements caribéens ne peuvent plus se permettre de dépenser de l’argent pour maintenir à flot une compagnie aérienne régionale. Pendant le confinement, la situation financière de la compagnie aérienne s’est aggravée, ses avions sont bloquées au sol depuis plusieurs semaines maintenant, parce que la plupart des pays des Caraïbes ont fermé leur aéroport en raison de la pandémie du Covid-19.

Six airlines to serve Guyana, other CARICOM countries following LIAT’s collapse.

Les Etats et territoires membres de la CARICOM

La CARICOM a célébré ses 47 années d’existence le samedi 4 juillet 2020. Selon le site Internet de la CARICOM, située à Guyana, Amérique du Sud, elle est crée le 4 juillet 1973 par les premiers ministres Errol Barrow pour la Barbade, Forbes Burnham pour Guyana, Michael Manley pour la Jamaïque et Eric Williams pour Trinidad-et-Tobago, qui ont signé le traité de Chaguaramas. En 2002, le traité a été révisé pour permettre la mise en place éventuelle d’un marché unique et d’une économie unique.

C’est un groupement de vingt pays. Ce sont quinze Etats membres et cinq membres associés. Les Etats membres sont Antigua et Barbuda, Les Bahamas, la Barbade, Bélize, la Dominique, la Grenade, Guyana, Haïti, Jamaïque, Montserrat, Saint-Lucie, St Kitts et Nevis, St Vincent et les Grenadines, Suriname, Trinidad-et-Tobago. Et les territoires membres associés sont Anguilla, les Bermudes, les Iles Vierges britanniques, les Iles Caïmans, Les Iles Turcs et Caïcos. Seize millions de citoyens y vivent. Parmi eux, 60% ont moins de 30 ans, et ils appartiennent aux principaux groupes ethniques des peuples autochtones, africains, indiens, européens, chinois, portugais et javanais. La communauté est multilingue. L’anglais est la langue principale, complétée par le français et le néerlandais et leurs variantes, ainsi que les expressions africaines et asiatiques.

Source: LinkedIn de la CARICOM Secretariat

La CARICOM repose sur quatre piliers principaux: l’intégration économique, la coordination de la politique étrangère, le développement humain et social et la sécurité.

Tous les membres souscrivent aux principes communautaires énoncés dans le Traité révisé de Chaguaramas (2002). Les dirigeants des États membres déterminent les politiques et les priorités de la Communauté. Ils se réunissent deux fois par an pour discuter des questions affectant la Communauté et le monde dans le cadre des conférences des chefs de gouvernement. Tous les membres ont l’égalité de parole, quelle que soit leur taille ou leur situation économique. Cela garantit que chaque membre a une voix pour influencer la Communauté des Caraïbes.

St@y connected!

Salaura DIDON

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.