YAO

Pointe-à-Pitre. A l’affiche au cinéma Rex ce samedi 9 février 2019, il fait parti des films blacks projetés en ce moment. Il a été réalisé par Philippe Godeau.

Une comédie dramatique

Yao est un adolescent de 13 ans qui vit à Kanel, un village au Sénégal. Yao est un prénom africain qui signifie « garçon né un jeudi ». Yao et son ami Demba prévoient de fuguer pour rencontrer Seydou Tall, un célèbre acteur français. Au final, Yao abandonné par son ami, ne se rend pas à l’école, fait le voyage seul, 387 kilomètres pour rencontrer Seydou Tall invité dans la capitale Dakar, pour promouvoir son nouveau livre. L’artiste s’attache à l’enfant et décide de le raccompagner dans son village. Seydou et Yao font un long chemin de Dakar jusqu’au village du jeune. Ce périple montre plusieurs péripéties. A travers ce voyage sur les routes du Sénégal, les arrêts dans les différents villages, Seydou roule vers ses racines et se remémore ses ancêtres. C’est un film émouvant.

La quête de ses origines

Lionel Louis Basse joue Yao, Omar Sy incarne Seydou Tall, et Fatoumata Diawara est Gloria, une musicienne.

Au delà de la fugue, à éviter quand on est enfant, l’histoire montre Yao, un jeune adolescent déterminé à réaliser ses rêves. Ce voyage dans les terres profondes du Sénégal permet à Seydou Tall de se souvenir de ses racines et de ses ancêtres. Les paysages sont magnifiques. C’est un voyage initiatique. Et tout fait sens dans la vie. Son grand-père a émigré en France hexagonale et a travaillé dans la société Peugeot. On voit Seydou conduire une voiture Peugeot pour se rendre d’un village où le taxi s’est arrêté à Kanel. Pendant le parcours, la voiture tombe en panne, puis est réparée. Cette situation lui permet de rencontrer une dame qui lui dit « Que le chemin des ancêtres continue à guider tes pas ».

Le spectateur voit et vit la culture africaine. Il faut éviter de partir quand on est invité à manger. La valeur du travail, l’école, le respect des aînés, la culture musicale sont importants.

Autre point: Yao et Gloria considèrent Seydou comme un bounty (noir qui a un comportement de blanc ou qui est blanc à l’intérieur). Lors d’un contrôle routier, Gloria lui conseille de payer l’agent de police pour les laisser circuler. Est-ce une habitude culturelle ou la pratique de la corruption?

Yao raconte son aventure dans un cahier et l’offre en cadeau à Nathan, le fils de Seydou qui vit en région parisienne, et qui n’a pas pu faire le voyage avec son papa. Seydou Tall dit qu’il reviendra avec son fils dans le village de ses ancêtres. Peut-être un YAO n°2?

Source image d’entête: affiche téléchargée sur le site du Cinéma Rex.

St@y connected!

Salaura DIDON

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.