Desk

[Obligation vaccinale] Le collectif des organisations en lutte organise une manifestation ce lundi 3 janvier 2022

Le collectif des organisations en lutte contre l’obligation vaccinale et le pass sanitaire appelle à un grand rassemblement ce lundi 3 janvier 2022 à 9h au Palais de la Mutualité à Pointe-à-Pitre.

300 à 400 personnes ont répondu jeudi 30 décembre 2021 à l’appel du collectif des organisations de lutte, en grève générale depuis le 15 novembre 2021. Les manifestants se sont réunis devant le Palais de la Mutualité, ont défilé dans les rues pointoises avant de se diriger vers les Abymes. Ils sont arrivés à Petit-Pérou, proche de la zone économique, et ils se sont retrouvés face aux forces de l’ordre.

Les forces de l’ordre ont encerclé le rond-point de Petit-Perou. Des échauffourées ont éclaté en pleine rue. Les manifestants étaient en train d’avancer les bras en l’air sur la route, et ils ont saisi et soulevé des barrières intallées par les forces de l’ordre, les portant sur quelques mètres, avant de les déposer sur la chaussée. Les manifestants sont passés à côté sur le trottoir. Les forces de l’ordre ont tiré des bombes lacrymogènes en direction des manifestants et sur leurs visages, pour empêcher leur avancée vers le rond-point.

Des images ont circulé sur les réseaux sociaux, montrant que les policiers ont utilisé des bombes lacrymogènes, surtout en plein dans le visage d’Elie Domota.

Le leader du Lyannaj Kont Pwofitasyon (LKP), Elie Domota a été interpellé sur le rond-pont de Petit-Pérou, aux Abymes, jeudi 30 décembre 2021, en début d’après-midi, pendant une manifestation populaire et pacifique contre l’obligation vaccinale et le pass sanitaire. Les forces de l’ordre l’ont menotté.

Suite à l’arrestation d’Elie Domota, le syndicat UGTG a publié un communiqué de presse, dans lequel il « considère que l’arrestation d’Elie Domota est une provocation ».

Eli Domota a été placé en garde à vue, jeudi 30 décembre 2021 en début d’après-midi, au commissariat de police de Pointe-à-Pitre.

Les membres du Collectif et de nombreux Guadeloupéens se sont mobilisés devant le commissariat de police, pour demander la libération du syndicaliste.

La garde à vue d’Elie Domota a été levée vers 18h30, après quatre heures passées au commissariat de police. Il est sorti libre, sous les acclamations des sympathisants et manifestants du collectif des organisations en lutte.

Il est convoqué devant le tribunal correctionnel de Pointe-à-Pitre, le jeudi 7 avril 2022 à 14h, pour « violences volontaires sur personne dépositaire de l’autorité publique, refus de se soumettre aux prélèvements obligatoires sans ITT (incapacité temporaire de travail)« .

Des personnalités politiques ont réagi sur l’arrestation et la libération d’Elie Domota.

Le député de Guadeloupe, Olivier Serva: https://bit.ly/3FNvd2b

Le député de Martinique, Jean-Philippe Nilor (PCF), « dénonce avec la plus grande fermeté l’arrestation arbitraire » d’Elie Domota.

D’autres personnalités politiques en France hexagonale ont exprimé leur solidarité avec le leader du LKP.

Jean-Luc Mélenchon et Mathilde Panot, Les Insoumis, qui en pleine campagne électorale en vue de la Présidentielle 2022, ont discuté avec le Collectif mobilisé et les membres du personnel soignant devant le CHU de Pointe-à-Pitre en décembre 2021.

Fabien Roussel, candidat du Parti communiste français à la présidentielle 2022 qui a rencontré le Collectif mobilisé en Guadeloupe, lors de son déplacement en novembre 2021.

Olivier Besancenot (extrême gauche).

St@y connected!

Salaura DIDON

Laisser un commentaire