Mois : mai 2020

« Lettre à nos enfants noirs », « Black & Blue » et « Les Misérables » : Un court-métrage et deux films policiers à regarder

« Please, I can’t breathe« , ce sont les propos de George Floyd, un Afro-américain de 46 ans, mort étouffé ce lundi 25 mai 2020 après son interpellation par un policier blanc Américain Derek Chauvin, 44 ans licencié et inculpé pour meurtre. Il pourrait encourir 35 ans de prison. Dans une vidéo filmée et diffusée par Darnella Frazier une adolescente Afro-américaine de 17 ans, on y voit un policier blanc Américain qui presse son genou sur le cou d’un homme noir sans défense pendant 8 minutes et 46 secondes. Cette scène a suscité beaucoup de colères et d’indignations dans la communauté afro-américaine, qui se sont manifestées par des émeutes parce que le meurtre de George Floyd ravive une fois de plus les plaies raciales, et que enough is enough concernant les violences policières à leur encontre. Certes il y a des policiers qui exercent bien leur métier, mais les bavures policières existent vraiment. K@ribbean Newsweek vous propose de regarder un court-métrage et deux films policiers en streaming, qui sont en français.

Lettre à nos enfants noirs (2020)

Diffusé sur Youtube ce dimanche 31 mai 2020, c’est un court-métrage de 7 minutes 40 de Crazy Sally. Salima est une Youtubeuse noire d’origine africaine.

Black & Blue (2020)

C’est un film policier américain d’1h48 de Deon Taylor, avec Naomie Harris, Tyrese Gibson et Frank Grillo. Voici le synopsis:

Pendant son service, une jeune gardienne de la paix assiste, par inadvertance, à l’assassinat d’un dealer par un groupe de flics des stupéfiants corrompus. Ces derniers se lancent alors à la poursuite de la policière afin de récupérer les images filmées par sa caméra embarquée et pour l’éliminer.

Source: Site Internet de Toblek

Le lien de la vidéo est ici: http://www.toblek.com/toblekk/index.php?b=5750

Les Misérables (2019)

C’est un film policier français d’1h45 de Ladj Ly, avec Damien Bonnard, Alexis Manenti et Djebril Didier Zonga. Voici le synopsis:

Stéphane, tout juste arrivé de Cherbourg, intègre la Brigade Anti-Criminalité de Montfermeil, dans le 93. Il va faire la rencontre de ses nouveaux coéquipiers, Chris et Gwada, deux « Bacqueux » d’expérience. Il découvre rapidement les tensions entre les différents groupes du quartier. Alors qu’ils se trouvent débordés lors d’une interpellation, un drone filme leurs moindres faits et gestes.

Source: Site Internet de Toblek

Le lien de la vidéo est ici: http://www.toblek.com/toblekk/index.php?b=6235

La proposition de loi visant à rendre non identifiables les forces de l’ordre lors de la diffusion d’images dans l’espace médiatique

Le député Les Républicains des Alpes-Maritimes Eric Ciotti veut punir les personnes qui filment et diffusent des vidéos de policiers sur divers médias, y compris notamment sur les réseaux sociaux.

Ce mardi 26 mai 2020, Eric Ciotti a déposé à l’Assemblée nationale une proposition de loi visant à « rendre non identifiables les forces de l’ordre lors de la diffusion d’images dans l’espace médiatique ». Cette loi viserait à « assurer leur sécurité ». C’est-à-dire que « la diffusion par quelque moyen que ce soit et quel qu’en soit le support, de l’image des fonctionnaires de la police nationale, de militaires, de policiers municipaux ou d’agents des douanes constituerait un délit passible de 15 000 € d’amende et 1 an d’emprisonnement ».

C’est un acte qui inquiète particulièrement les défenseurs de la liberté de la presse, comme en atteste un article 35 quinquies qui concerne la loi du 29 juillet 1881 sur la liberté de la presse:

« La diffusion, par quelque moyen que ce soit et quel qu’en soit le support, de l’image des fonctionnaires de la police nationale, de militaires, de policiers municipaux ou d’agents des douanes est punie de 15 000 € d’amende et un an d’emprisonnement ».

« L’amende ne peut être inférieure à 10 000 € et la peine d’emprisonnement ne peut être inférieure à six mois. Toutefois, la juridiction peut prononcer, par une décision spécialement motivée, une amende inférieure à ce montant ou une peine inférieure ou autre en considération des circonstances de l’infraction, de la personnalité de son auteur ou des garanties d’insertion ou de réinsertion présentées par celui‑ci.

« Lorsque le délit est commis en état de récidive légale, la juridiction ne peut prononcer une amende ou une peine inférieure à ces seuils que si l’accusé présente des garanties exceptionnelles d’insertion ou de réinsertion. »

Le texte est ici: http://www.assemblee-nationale.fr/dyn/15/textes/l15b2992_proposition-loi

En France hexagonale, les syndicats de journalistes et les collectifs de la liberté de la presse estiment que cette proposition de loi est une atteinte grave à la liberté d’informer et la liberté de la presse.

La liberté de la presse est aussi menacée Outre-atlantique.

Omar Jimenez, journaliste de CNN menotté en direct par la police de Minneapolis

Ce vendredi 29 mai 2020, Omar Jimenez, le journaliste de la chaîne de télévision américaine CNN, est arrêté par la police de Minneapolis alors qu’il est en train de couvrir en direct en toute légalité les émeutes consécutives à la mort de George Floyd.

Selon CNN, c’est une violation du premier amendement de la Constitution américaine sur la liberté de la presse. Après avoir été placé brièvement en détention, le reporter et son équipe sont sortis libres des services de police.

St@y connected!

Salaura DIDON

La Région Guadeloupe s’organise pour offrir un véritable service public de l’eau

Le dossier de l’eau est un problème épineux. C’est pourquoi le Président de Région Ary Chalus veut agir en totale transparence vis-à-vis des usagers de l’eau potable et de leurs collectifs. La collectivité engage sa responsabilité dans de nombreuses actions. Elle a diffusé un document de 24 pages qui précise les acteurs, les compétences et les financements.

Un engagement financier

Depuis 2016, la Région Guadeloupe investit pour accélérer les travaux de réhabilitation du réseau, afin de rétablir une distribution normale de l’eau potable. Elle collabore avec les établissements publics de coopération intercommunale (EPCI) pour que le précieux liquide coule dans le robinets des Guadeloupéens. Depuis des années, le réseau de distribution de l’eau est vétuste et des milliers de foyers guadeloupéens souffrent des coupures d’eau.

Source: Facebook de la Région Guadeloupe

Ary Chalus a engagé quatre mesures importantes:

  • La Région investit 36 millions d’euros sur les 72,4 millions du Plan d’Actions Prioritaires, et prend en charge 14 opérations majeures sur 38, afin de rénover 54 kilomètres de réseau sur toute la Guadeloupe.
  • La collectivité veut restaurer le service à l’usager et lutter contre les fuites d’eau.
  • La Région investit 10 millions d’euros sur les 70 millions complémentaires pour renforcer le Plan Eau-Dom, qui se traduit par la signature de contrats de progrès et de transition avec les collectivités sur la période 2019-2022.
  • La collectivité aide les particuliers pour récupérer l’eau de pluie, et elle pourra accompagner 550 foyers par an.
Source: Facebook de la Région Guadeloupe

Les travaux

S’agissant des chantiers portés par la Région, des travaux sont terminés et d’autres sont en cours. Chaque trimestre, la Région fera un point sur l’avancée des travaux et sur la stratégie qu’elle tend à mettre en œuvre, afin de résoudre ce problème.

Ce vendredi 29 mai 2020, Ary Chalus a visité des chantiers de rénovation des canalisations à Capesterre-Belle-Eau et au Gosier. Le programme est ici:

CP Région Guadeloupe Eau

Les photos de ces visites sont disponibles sur le Facebook de la Région Guadeloupe.

Un Syndicat Unique Mixte Ouvert

La création d’une structure unique de l’eau, un Syndicat Unique Mixte Ouvert « vise notamment à disposer d’un véhicule juridique qui aura la capacité de réaliser les emprunts nécessaires à la mise en oeuvre des investissements indispensables à la restauration des services publics de l’eau et de l’assainissement. La finalité est d’offrir un service conforme aux standards en vigueur, d’optimiser les coûts de gestion et de converger progressivement vers un prix unique de l’eau à l’échelle du territoire, socialement acceptable en mutualisant les moyens pour l’ensemble des foyers guadeloupéens ».

Par ailleurs, Ary Chalus est prêt à demander une habilitation législative eau. Ainsi, elle aura la compétence pour la gestion de l’eau, si les EPCI qui doivent adhérer au Syndicat unique de l’eau ne votent pas, de façon concordante, leur adhésion au 30 juin 2020 à cette autorité unique.

L’Agence régionale de la biodiversité

A partir du premier trimestre 2021, l’Agence régionale de la biodiversité (ARB) va jouer un rôle de protection parce que les défaillances des réseaux d’eau et d’assainissement ont des conséquences écologiques très lourdes, et les eaux usées mal assainies polluent nos espaces naturels.

L’ARB permettra d’acquérir des données sur l’état de la biodiversité aquatique, de protéger les mangroves, de prévenir les inondations et de déployer la gestion des milieux aquatiques et prévention des inondations (GEMAPI) auprès des collectivités.

Dossier sur l’eau

Les points de distribution d’eau

Tandis que l’opération coup de poing se poursuit avec des travaux d’urgence pour parer aux nombreuses fuites du réseau, le préfet mobilise aussi ses services et les communes pour garantir la mise en place de points de distribution d’eau en citerne et en bouteilles. Sainte-Anne, Saint-François et la Désirade sont les communes concernées par cette opération.

Heures et jours d’ouverture :

  • A Sainte-Anne : du lundi au samedi de 8h à 12h (sauf jours fériés)
  • A Saint-François : du lundi au samedi de 8h à 12h (y compris les jours fériés)
  • A La Désirade : tous les vendredis de 8h à 12h jusqu’au 26 juin, distribution de packs d’eau par la Croix-Rouge Française au Bourg (route du collège) sur réquisition du préfet.
Source: Facebook de la préfecture de la Guadeloupe

La liste des points de distribution d’eau et celle des secteurs qui y sont rattachés sont ici:

CP points de distribution d’eau

St@y connected!

Salaura DIDON

Les autorités préfectorale, sanitaire et éducative déclinent la phase 2 du déconfinement chez nous

Suite aux annonces du Premier ministre Edouard Philippe sur la phase 2 du plan de déconfinement ce jeudi 28 mai 2020, le préfet de la région Guadeloupe Philippe Gustin, la directrice générale de l’ARS Guadeloupe Valérie Denux et le recteur de l’Académie de la Guadeloupe Mostafa Fourar en présentent la déclinaison en Guadeloupe le même jour.

Ce qui va changer à partir du 2 juin

Phlippe Gustin fait un rapide récapitulatif des changements et des réouvertures possibles comme nous sommes dans une zone verte.

Les bars, les cafés et les restaurants

Ils rouvrent avec des règles contraignantes communiquées aux propriétaires de ces établissements:

  • pas plus de dix personnes autour d’une même table,
  • une distance minimale d’un mètre entre chaque table,
  • le port du masque est obligatoire pour le personnel et pour les clients qui se déplacent dans l’établissement.

Les hébergements touristiques

L’ensemble des hébergements (les villages vacances, les maisons familiales de vacances, les auberges collectives et les campings) va rouvrir mardi prochain dans le respect des règles sanitaires. La location des meublés de tourisme et des chambres d’hôtes a déjà été autorisée à rouvrir depuis le 21 mai chez nous. Les colonies de vacances seront ouvertes dès le 22 juin.

Les déplacements

On peut se déplacer dans le département de la Guadeloupe. En revanche, il est impossible de se déplacer à l’intérieur de l’espace Schengen puisque jusqu’au 15 juin, on maintient la fermeture des frontières européennes et à partir du 15 juin, une coordination européenne se mettra en place pour rouvrir les frontières intérieures à cet espace sous réserve d’une situation épidémique favorable. Mais les frontières extérieures à l’espace Schengen resteront fermées. Il y a une recherche d’un consensus et d’une coordination européenne pour adopter une position commune de l’ensemble des Etats européens à compter du 15 juin prochain. Cela déterminera les perspectives pour la période estivale.

Un deuxième point d’étape sera fait pour le 22 juin avec différentes évolutions qui impacteront la Guadeloupe sur le trafic aérien et maritime vers l’extérieur. « L’aéroport d’Orly va rouvrir fin juin », indique le préfet.

La culture, le sport et les vacances

Il est prévu la réouverture des parcs et des jardins sur l’ensemble du territoire dès ce week-end. Un arrêté préfectoral va permettre au Jardin botanique de rouvrir ce week-end. Dans un communiqué de presse du vendredi 22 mai 2020, le préfet dit avoir pris un arrêté pour la réouverture du zoo de Guadeloupe. Concernant les plages, les lacs et les plans d’eau qui seront accessibles dès mardi prochain, la Guadeloupe est déjà en avance puisque un arrêté préfectoral a permis la réouverture des plages dans 22 communes: https://bit.ly/2ZPAB2t.

CP Réouverture du Zoo de la Guadeloupe

L’ensemble des musées et des monuments pourront rouvrir. En Guadeloupe, les musées ont pu rouvrir depuis le 11 mai. Notons aussi l’ouverture des piscines collectives municipales ou privées dans le cadre d’un hôtel. Les gymnases et les salles de sport avec un point particulier sur ce qui sera interdit en termes sportif, les parcs de loisirs, les salles de spectacles et de théâtre. En revanche, les salles de cinéma ne rouvriront que le 22 juin.

Le préfet attend le décret pour savoir si de manière dérogatoire on peut autoriser certaines manifestations à l’extérieur et pas d’autres.

Les publics vulnérables

Comme l’a indiqué le premier ministre, il faut maintenir un niveau de vigilance avec ces publics avec l’application des gestes barrière, le maintien pour eux de l’activité partielle quand ils ne peuvent pas télétravailler, et la prise en charge à 100% de la consultation « bilan et vigilance » par l’Assurance Maladie.

Ce qui reste interdit jusqu’au 21 juin

  • Les rassemblements de plus de 10 personnes dans l’espace public.
  • Les sports collectifs et de contact.
  • Les discothèques, les salles de jeux, les stades seront fermés au public.

Les Outre-Mer

Les déplacements entre la France hexagonale et les Outre-mer restent toujours soumis au motif impérieux d’ordre sanitaire, familiale ou professionnel. Par ailleurs, la quatorzaine reste en vigueur, et elle peut se faire soit dans un lieu hôtelier dédié soit à domicile. Des mesures spécifiques seront adaptées pour la Guyane et Mayotte.

Le préfet espère que la Guadeloupe sera retenue dans l’expérimentation nationale pour la nouvelle forme de quatorzaine, qui doit être validée par le Conseil scientifique et les décrets attendus ce week-end.

Les quatre indicateurs sanitaires sont au vert

Valérie Denux explique les quatre indicateurs dans l’archipel:

Le premier indicateur est l’incidence: En prenant 380 000 habitants environ pour la Guadeloupe, cela nous fait moins de 38 cas par semaine pour être dans une situation plutôt au vert. De jeudi dernier à aujourd’hui, « nous avons eu 6 cas. (…), je vous annonce malheureusement que nous avons eu un cas supplémentaire ce matin ».

Le deuxième indicateur est le taux de positivité qui est au vert. « Par rapport au nombre de tests que l’on fait combien on trouve de positifs? Nous avons fait 572 tests entre jeudi dernier et aujourd’hui et nous avons trouvé donc six positifs. Cela nous fait à peu près 1% de positivité ce qui est plutôt favorable« . Puisque actuellement si on prend la France entière, c’est à peu près moins de 2%, puisque nous sommes à 1,9%.

Le troisième indicateur c’est « le R effectif » qui est au vert. Comme l’a expliqué Olivier Véran, c’est la probabilité pour une personne contaminée d’infecter une autre personne sur notre territoire. « Ce R est voisin de 0 parce que la totalité des cas positifs que nous avons eu ces trois dernières semaines sont des cas importés. Ce ne sont pas des transmissions entre personne sur notre territoire mais ce sont bien des gens qui sont arrivés sur notre territoire en étant positifs ».

Pour Valérie Denux, il faut être en mesure de faire barrière pour éviter que ces personnes qui arrivent sur notre territoire transmettent à des personnes présentes ici. « C’est pour cela que nous travaillons sur le fait de faire des enquêtes autour de ces cas, en particulier le voyageur qui arrive, qui va aller dans sa famille éventuellement, et s’il est positif on va prendre contact avec la famille proche et on va leur proposer bien sûr des tests. Et on fait aussi une enquête au niveau de l’avion puisque cette personne a fait un voyage. S’agissant des rangs avant et des rangs derrière, on prévient les personnes qui elles-mêmes ont été testées normalement puisqu’elles ont aussi débarqué de l’avion. On leur prévient qu’il faut faire leur test à huit jours pour vérifier si elles n’ont pas été contaminées lors du voyage ».

Le dernier indicateur est le taux d’occupation des lits de réanimation, qui est au vert. Aujourd’hui, nous avons 44 lits ouverts pour la réanimation. On a conservé un niveau largement supérieur à ce que nous avions avant la crise puisque nous étions à 27 lits de réanimation sur notre territoire. Là, nous avons conservé 44 lits sur notre territoire. A ce jour, il n’y a plus qu’une seule personne coronavirus positif en réanimation, parce qu’il y a une qui est sortie. C’est une bonne nouvelle, elle est en voie d’amélioration de sa santé aujourd’hui. « Si on prend 1 sur 44 lits, c’est un peu moins de 2% d’occupation donc c’est très favorable puisque 60% est le seuil d’alerte. 60% des lits de réanimation sont occupés par des patients de Covid-19 positifs. On a évidemment une alerte et on doit remonter en puissance en termes du nombre de lits sur le territoire », explique Valérie Denux.

L’ARS a mis en place une stratégie plutôt offensive de façon à ce que cela reste au vert à la fois en termes de tests et de contacts tracing, c’est-à-dire casser les chaines de contamination. Valérie Denux évoque trois points principaux:

Il existe trois niveaux de suivi des tests. D’abord, ce sont les médecins prescripteurs et l’Assurance Maladie et tout le travail auprès des premiers contacts tracing si les médecins n’ont pas l’occasion de le faire. Ensuite, il y a la plateforme Riposte de l’ARS en lien avec Santé Publique France, qui prend le relais sur le suivi, sur la totalité de la durée de la convalescence de la personne et lui propose des lieux d’hébergement alternatif.

Le deuxième point représente les programmes de dépistages spécifiques. On va aller dépister des personnes qui sont asymptomatiques et on souhaite vérifier. On teste les gens à la sortie de l’avion à l’aéroport, et huit jours après. On travaille avec les bus de prévention en particulier les bus pour les personnes addictives pour leur proposer des campagnes de dépistage à partir de ces bus. C’est une manière d’aller chercher des personnes vulnérables qui n’oseraient pas consulter un médecin ou qui vont peu chez leur médecin parce qu’elles sont dans des situations un peu précaire et c’est compliqué pour elle. A Saint-Martin, on a fait plus de 250 tests dans les quartiers un peu difficile où il y avait des personnes en situation de précarité importante. A Marie-Galante, c’est l’hôpital qui porte le bus de prévention, sinon dans la plupart des cas ce sont des associations. Au moindre doute, on le fait aussi sur les établissements médicaux sociaux. Cette semaine, on a fait une masse pur les enfants handicapés, puisque on teste largement dans ces établissements.

Le troisième point, ce sont les tests sérologiques en priorité pour les professionnels de santé potentiellement en contact avec des patients positifs. L’objectif vise à proposer aux professionnels de santé et des EHPAD d’effectuer des tests sérologiques en complément des tests PCR sur le territoire. « Nous disposons actuellement de plus de 4000 tests homologués aujourd’hui et j’ai demandé il y a déjà quelques jours aux laboratoires de se réapprovisionner pour en avoir en suffisance, pour répondre à la demande. Progressivement on va pouvoir répondre à la demande des professionnels qui souhaiteraient faire ces tests sérologiques ». L’ARS attend la publication du décret concernant ces tests sérologiques.

La nouvelle forme de quatorzaine

Valérie Denux explique que le Haut Conseil de Santé Publique a été saisi pour trouver la meilleure solution sur le plan médical et scientifique pour protéger nos territoires. Comme en Guadeloupe, nous sommes au vert et que le virus circule moins, ce sont ainsi les cas importés qui amènent le virus dans l’archipel. L’ARS et le préfet vont plaider pour avoir un premier filtre qui va nous aider à diminuer au maximum le risque d’entrée et de réentrée du virus dans notre territoire. « Donc ce que nous proposons, c’est de pouvoir faire en sorte que les personnes avant de prendre l’avion sache si elles sont porteuses du virus ou pas. On pourrait proposer dans une expérimentation d’avoir un test avant le départ ». La prise du billet d’avion pourrait être soumise à un test PCR. Il faudra que cette mesure soit validée par le Haut Conseil de Santé Publique et il faudra y travailler un peu dans ses modalités. (Par exemple si une personne présente un test PCR et un test sérologique en complément, cela pourrait faire office). Et si c’est le cas, les personnes arriveraient sur le territoire et là elles resteraient huit jours à la maison ou dans un hôtel prévu pour cela. Ensuite, on fera un test à huit jours parce que la charge virale peut être la plus forte. C’est vraiment le moment dans la courbe de Gauss la plus élevée où potentiellement on peut détecter des cas. Et si à huit jours la personne est négative, on pourrait dans le cadre de l’expérimentation voir dans quelle mesure on peut assouplir par la suite les huit jours suivants. Cela reste à travailler et à finaliser avant l’arrivée des avions en fin juin.

L’enseignement

Le recteur rappelle que les écoles n’ont jamais fermé pendant la période de confinement pour accueillir en présentiel les enfants des personnels soignants et indispensables à la gestion de crise. « Nous avons 17 écoles ouvertes pour cela sous forme de centres et d’accueil sur 15 communes. Ce sont Baie-Malhault, Gourbeyre, La Désirade, le Gosier, le Lamentin, le Moule, les Abymes, Morne-à-L’eau, Petit-Bourg, Pointe-à-Pitre, Pointe-Noire, Sainte-Anne, Saint-Claude, Saint-Martin, Grand-Bourg. 1525 élèves ont été accueillis au total soit 89 élèves en moyenne par centre ».

Depuis le 11 mai, on n’a que deux communes Petit-Bourg et Goyave qui ont ouvert leurs écoles. Une troisième commune, la Désirade s’était positionnée pour rouvrir les écoles, mais à cause du problème d’eau, c’est reporté. C’est 10% des écoles primaires, soit une trentaine d’écoles ouvertes contre 80% des écoles ouvertes au niveau national. C’est 12% des communes en Guadeloupe contre 90% au niveau national. « C’est peu puisque les communes dans les zones rouges jusqu’à aujourd’hui avaient ouvert des établissement scolaires », indique le Recteur.

Le 11 mai, les enfants se rendaient à l’école sur la base du volontariat de la part des parents et de la part des maires. Dès le mardi 2 juin, ce sera toujours sur la base du volontariat de la part des parents, mais la deuxième condition n’est plus maintenue. Le protocole sanitaire reste identique.

Mostafa Fourar demande aux maires de tenir compte de la demande des parents qui sont des personnels soignants et indispensables à la gestion de crise afin d’accueillir leur enfants. « Cette demande a explosé en deux semaines », a-t’il précisé.

La Guadeloupe, Saint-Martin et Saint-Barthélémy ont accepté d’ouvrir les collèges sur l’ensemble de l’académie. « C’est plutôt une bonne chose ». Tous sont ouverts sauf 9 qui connaissent des problèmes d’alimentation en eau. « Pour ces collèges, nous mettrons en place des permanences pédagogiques afin de permettre aux élèves de reprendre contact avec leur professeur sur un laps de temps plus court où l’application du protocole sanitaire n’a pas la même exigence que dans une scolarisation normale« .

Alors que les élèves de 6è et 5è ont repris le chemin du collège, ce seront au tour des 4è et des 3è dès mardi prochain. En partenariat avec les communes qui le souhaitent, il y aura la mise en place des activités autour du sport, de la santé, de la culture et du civisme parallèlement aux cours si l’effectif augmente. C’est le dispositif 2S2C qui permettra d’accueillir des élèves en petit groupe. On peut permuter les groupes. « Si on part d’une classe de 30 élèves, 15 peuvent être en cours et 15 autres peuvent être dans une MJC ou un autre lieu ». C’est l’Education nationale qui prendra en charge le financement de ces activités périscolaires pour les communes volontaires.

L’Académie de la Guadeloupe attend une réouverture des lycées la semaine prochaine. En revanche, l’organisation pédagogique va être plus souple. « Il ne s’agit pas de revenir dans les établissements scolaires pour terminer le programme, mais plutôt pour expérimenter d’autres manières de travailler. Notre académie sera amenée à faire des expérimentations de cours à la fois en présentiel et à chez soi, pour préparer la rentrée au mois de septembre 2020 ».

Chez nous, les proviseurs ont déjà anticipé la rentrée pour le mardi 2 juin, et ils s’organisent de manière à mettre en place des stages qui seront axés sur des enseignements de spécialités de Première et sur l’orientation qui est un point sensible. Comme il y a la réforme du Bac, les élèves de Première doivent bénéficier d’un renforcement de ces enseignements afin d’être mieux préparer pour l’année du baccalauréat. « Il faut absolument que les élèves puissent retourner dans leur établissement scolaire, avoir contact avec leurs professeurs, avec les proviseurs avec les conseillers en orientation. C’est en présentiel que cela peut régler un certain nombre de problèmes toujours dans le respect des barrières sanitaires ».

L’épreuve orale du baccalauréat de français s’effectuera sur la base du contrôle continu. L’établissement prendra en compte les notes du premier et du deuxième trimestre. Ici, « les équipes pédagogiques volontaires pourront organiser des stages de préparation à l’oral. C’est important pour les élèves qui vont passer en Terminal et en enseignements supérieurs », a conclu Mostafa Fourar.

Vous pouvez lire aussi: Carte de la phase 2 du déconfinement: Tous les départements sont en vert sauf l’Ile-de-France, la Guyane et Mayotte.

Et la stratégie locale du déconfinement.

St@y connected!

Salaura DIDON

Second tour des Municipales: les candidats(tes) prennent rendez-vous en ligne pour déposer leur candidature à la préfecture

Le second tour des élections municipales se tiendra le dimanche 28 juin 2020, si les conditions sanitaires sont favorables. Après avoir pris rendez-vous en ligne, les candidats(tes) ont deux jours, le vendredi 29 mai et le mardi 2 juin, pour déposer leur candidature à la préfecture.

Prendre rendez-vous online

Les candidats(tes) éligibles à ce second tour pourront prendre rendez-vous en ligne en cliquant sur ce lien: http://www.rdvmun.guadeloupe.gouv.fr/

Toutes les informations relatives au dépôt des candidatures pour le second tour des élections municipales sont disponibles sur le site Internet de la préfecture et/ou via ce lien: https://bit.ly/2THnY5K

Il y a par ailleurs un dossier spécial « Elections municipales » accessible via ce lien direct: http://www.guadeloupe.gouv.fr/Politiques-publiques/Elections/Elections-municipales

Ensuite, les candidats(tes) pourront déposer les déclarations de candidature à la préfecture aux jours et aux horaires indiqués:

  • le vendredi 29 mai de 8h à 13h
  • le mardi 2 juin de 8h à 18h.

CP Elections municipales 2020

Qui sont les 12 maires investis?

Elus ou réélus au premier tour le dimanche 15 mars dernier, les 12 maires ont été investis avant ce jeudi 28 mai:

  • Sixième écharpe pour Gabrielle Louis-Carabin, maire du Moule
  • Quatrième écharpe pour Elie Califer, maire de Saint-Claude
  • Troisième écharpe pour Eric Jalton, maire des Abymes
Source: Facebook de la Ville des Abymes
  • Troisième écharpe pour Guy Losbar, maire de Petit-Bourg
Source: Facebook de Guy Losbar
  • Deuxième écharpe pour le Dr Maryse Etzol, maire de Grand-Bourg
Source: Facebook de Maryse Etzol
  • Deuxième écharpe pour Hélène Polifonte, maire de Baie-Mahault
  • Deuxième écharpe pour Ferdy Louisy, maire de Goyave
  • Deuxième écharpe pour Jocelyn Sapotille, maire de Lamentin
Source: Facebook de Jocelyn Sapotille
  • Deuxième écharpe pour Jean-Louis Francisque, maire de Trois-Rivières
Source: Facebook de Jean-Louis Francisque
  • Deuxième écharpe pour Thierry Abelli, maire de Bouillante
  • Deuxième écharpe pour Blaise Mornal, maire de Petit-Canal
Source: Facebook de Blaise Rudy Mornal et Doubout Pou Kannal
  • Première écharpe pour Camille Elisabeth, maire de Pointe-Noire
Source: Facebook de la Ville de Pointe-Noire

Les vidéos de la cérémonie d’investiture sont accessibles sur le Facebook des maires et/ou de celui de leur commune respective.

St@y connected!

Salaura DIDON

Carte de la phase 2 du déconfinement: Tous les départements sont en vert sauf l’Ile-de-France, la Guyane et Mayotte

Lors d’une conférence de presse ce jeudi 28 mai 2020, le Premier ministre Edouard Philippe, le ministre des Solidarités et de la Santé Olivier Véran, et le ministre de l’Education nationale et de la Jeunesse Jean-Michel Blanquer ont présenté la deuxième phase du plan national de déconfinement, qui commencera à partir du mardi 2 juin 2020.

De la phase 1 à la phase 2

Après la phase 1 pour sortir du déconfinement, c’est-à-dire le plan de trois semaines du 11 mai au 1er juin, le premier ministre a annoncé aujourd’hui la phase 2 du mardi 2 au dimanche 21 juin.

« Les résultats sont bons sur le plan sanitaire même si nous restons prudents, même si nous ne pouvons pas courir le risque de la désinvolture, les nouvelles sont plutôt bonnes », s’est réjouit Edouard Philippe.

En se basant sur les trois indicateurs sanitaires, quatre régions étaient en rouge au 11 mai, alors qu’aujourd’hui tous les départements sont en vert sauf le Val d’Oise et Mayotte. Le virus est toujours présent sur l’ensemble du territoire, mais sa vitesse de propagation est sous contrôle. « Nous sommes un peu mieux que là où nous espérions être » grâce au travail des soignants, des élus locaux, des préfets, des équipes de l’ARS, des équipes de l’Assurance Maladie, de la rigueur et du civisme des Français qui ont respecté les consignes.

Edouard Philippe invoque trois raisons du niveau de vigilance:

  • La présence de nombreux clusters qui surgissent, toujours porteurs de risques même s’ils sont détectés rapidement.
  • L’hôpital demeure sous tension, malgré une forme de sérénité retrouvée. Le nombre de personnes en réanimation est descendu de plus de 7000 au moment du pic à moins de 2000 à ce jour. Soit 30% de la capacité de réanimation en temps normal, ce qui reste un chiffre élevé pour le gouvernement.
  • Le virus, un peu plus connu maintenant, est virulent dans les milieux fermés, dans les grands rassemblements. Il touche particulièrement les personnes précaires et vulnérables.

« Tous les départements vont bénéficier des nouvelles mesures fortes de déconfinement », et il y aura une surveillance particulière pour l’Ile-de-France, la Guyane et Mayotte. Le déconfinement pour ces départements oranges sera un peu plus prudent dans les trois semaines à venir.

Les Outre-mer

Les mesures de contrôle de déplacement vers ces territoires restent strictes avec le maintien de la quatorzaine. Si les conditions sanitaires sont favorables, le gouvernement prévoit une ouverture plus large des vols pour les vacances. « D’ici là, nous allons expérimenter une nouvelle forme de quatorzaine dans certains territoires avec un test qui sera réalisé au bout de 7 jours et pourra conduire s’il est négatif à adapter les contraintes imposées aux personnes, qui font que nous soyons en mesure d’imaginer les bons dispositifs pour les territoires insulaires. C’est un impératif qu’ils nous demandent et c’est sur quoi nous sommes en train de travailler ».

Des mesures spécifiques seront adaptées pour Mayotte et en Guyane. A Mayotte, l’épidémie reste active, une première évolution du déconfinement a été décidée lundi dernier avec la réouverture de certaines écoles, mais il faut rester vigilant. En Guyane, la taille de certains clusters appellent à la très grande vigilance et il faut prendre en compte la situation au Brésil, qui est un pays frontalier. Le gouvernement prévoit les renforts de personnels pour les équipes mobiles et le préfet de la Guyane pourra continuer à limiter les déplacements des populations à l’intérieur du département.

LES ZONES VERTES VERSUS LES ZONES ORANGES

« La liberté, enfin, va redevenir la règle, et l’interdiction constituera l’exception », s’exclame le premier ministre.

Les cafés, les bars et les restaurants

La réouverture est totale dans les zones vertes. Partout l’ouverture est conditionnée au respect des règles sanitaires:10 personnes maximum par table, un distance minimale d’un mètre par table, le port du masque est obligatoire pour se déplacer dans l’établissement. La consommation debout est interdite. Seule la réouverture des terrasses se fera uniquement dans les zones oranges comme l’Ile-de-France, Guyane et Mayotte.

Source: Facebook du Gouvernement

Les hébergements touristiques

La réouverture des villages vacances, des maisons familiales de vacances, des auberges collectives et des campings peuvent rouvrir dans les zones vertes. Les départements oranges devront attendre le 22 juin.

Pour la période estivale, les colonies de vacances et les camps de plein air pourront reprendre dès le 22 juin dans tous les départements.

Les déplacements

Il sera possible de se déplacer à plus de 100 kilomètres de chez sa maison. La réouverture des frontières intérieures avec les pays européens sera effective à partir du 15 juin, si la situation sanitaire le permet, sans quatorzaine entre Européens. Sauf si des Etats veulent fermer leurs frontières et imposer la quatorzaine aux Français, des mesures de réciprocité s’appliqueront. Les frontières extérieures à l’Europe resteront fermées jusqu’au 15 juin.

Les perspectives pour l’été dépendront de la décision des Européens d’ouvrir les frontières et d’autoriser les déplacements. S’agissant des déplacements hors-Europe, il faudra s’harmoniser avec les pays voisins et prendre des décisions en fonction de l’évolution sanitaire.

Source: Facebook du Gouvernement

La culture, le sport, les vacances

Dès ce week-end, les parcs et jardins seront ouvert sur tout le territoire, ainsi que dans les zones oranges. Le port du masque reste obligatoire à la demande des maires au préfet. Les plages, les lacs et les plans d’eau rouvrent également. Idem pour les musées et les monuments où le port du masque est obligatoire.

Sources: Facebook du Gouvernement
Source: Facebook du Gouvernement

Dans les zones vertes, les salles de spectacles et de théâtres peuvent rouvrir dès mardi prochain. Les opérateurs se chargeront de mettre en place des mesures de distanciation physique, une organisation spécifique des places assisses, une gestion des flux conforme au protocole sanitaire de ces espaces, et d’ indiquer l’obligation du port du masque.

Notons aussi l’ouverture des gymnases et des salles de sport, des piscines, des parcs de loisirs pour les activités qui permettent la distanciation physique et l’accueil maximal de 5000 personnes.

Les sportifs professionnels et de haut niveau peuvent reprendre les entraînements dans le cadre d’un protocole médical stricte.

Tous ces lieux culturels, sportifs et de vacances peuvent rouvrir dans les zones oranges à compter du 22 juin.

Les cinémas rouvriront le 22 juin dans les zones vertes et oranges.

S’agissant des très grands rassemblements, les espaces en plein air sont autorisés à accueillir 5000 personnes maximum, une limite qui peut être revue à la baisse par les préfets. Les espaces couverts et confinés comme les salles de concerts, et en fonction de l’activité, les exploitants se chargeront de proposer et de garantir des règles d’usages adaptés sur la capacité d’accueil et la distanciation physique.

Source: Facebook du Gouvernement

Les personnes vulnérables

Il faut maintenir une vigilance maximale pour protéger les personnes à risques, susceptibles d’être infectées par le Covid-19, comme les personnes qui ont des maladies préexistantes, des personnes fragiles et des personnes âgées de plus de 65 ans. Donc nous devons continuer à appliquer les gestes barrière et la distanciation physique. Le maintien du télétravail est préconisée pour les personnes vulnérables et il faut maintenir l’activité partielle pour les personnes qui ne peuvent pas télétravailler. La consultation « bilan et vigilance » est prise en charge à 100% par l’Assurance maladie. En cas d’isolement, le numéro vert 0800130 000 reste actif.

Des interdictions et des fermetures jusqu’au 21 juin

  • Les rassemblements restent limités à 10 personnes.
  • Les sports collectifs et de contacts sont suspendus.
  • Les discothèques, les salles de jeux, les stades et les hippodromes sont fermés aux usagers.

Les chiffres de Pôle Emploi

L’activité économique a déjà redémarré dans certains secteurs. Le dispositif de chômage partiel, les mesures de solidarité sont nécessaires et ont accompagné les personnes dont l’activité est interrompue. « Le pays va devoir se battre contre l’impact d’une récession historique », a indiqué Edouard Philippe.

Le nombre de personnes inscrites à Pôle Emploi et n’ayant pas travaillé en avril a augmenté de plus de 800 000 par rapport à mars.

La surveillance sanitaire

Le ministre des Solidarités et de la Santé explique les quatre indicateurs:

Le premier indicateur est l’incidence, qui analyse la pression épidémique: c’est le nombre de personnes infectées sur une semaine pour 100 000 habitants. Cet indicateur comporte deux seuils: entre 0 et 10 personnes infectées sur 100 000, et delà de 10 personnes, c’est le seuil de vigilance. Et le seuil d’alerte se situe au dessus de 50 personnes pour 100 000 quand les personnes sont infectées. Ces seuils sont cohérents et convergent avec ceux de l’Allemagne.

Le taux d’incidence reste au dessus du seuil de vigilance dans plusieurs départements. Le nombre de nouveaux cas de contamination dans les 7 derniers jours restent encore élevés pour justifier une attention particulière. Cette situation s’explique par la présence de cas regroupés appelés les clusters, qui sont repérés, analysés et isolés.

Source: Facebook du Ministère des Solidarités et de la Santé

Le taux de positivité des tests est le deuxième indicateur. Il note l’augmentation des capacités de tests et des indications de tests. Le taux moyen de positivité des tests PCR réalisés chez des personnes suspectes atteintes du Covid-19 n’est plus que de 1,9%. Dans la phase épidémique, il était 10 fois supérieur à ce chiffre. Il permet de détecter de manière précoce les signes de reprise de l’épidémie dans les territoires. Plus le taux est bas, plus on teste des personnes non malades. On teste large et cela devient étroit.

Source: Facebook du Ministère des Solidarités et de la Santé

Le troisième indicateur est le « R effectif« , qui est le facteur de reproduction du virus. C’est la probabilité pour une personne contaminée d’infecter une autre personne. Si le R est supérieur à 1, chaque porteur du virus peut transmettre à plus d’une personne. C’est pourquoi l’épidémie augmente. Quand le R est inférieur à 1, l’épidémie régresse parce qu’une personne malade va contaminer moins d’une personne autour d’elle.

Ce sont les comportements des individus, le respect des gestes barrière et de la distanciation physique qui font varier le facteur R. Selon Olivier Véran, « c’est en suivant rigoureusement ces mesures que nous pourrons continuer de faire reculer l’épidémie, jusqu’à éradiquer la présence du virus sur tout le territoire ».

Source: Facebook du Ministère des Solidarités et de la Santé

Le quatrième indicateur est le taux d’occupation des réanimations. C’est le niveau de saturation des hôpitaux. Le ministre et son équipe ont modifié les seuils de cet indicateur pour accompagner le retour progressif à la normale. « Ainsi, nous avons abaissé le seuil de vigilance à 40% alors qu’il était auparavant à 60%, et le seuil d’alerte à 60% alors qu’il était auparavant à 80% », a Olivier Véran.

Le seuil d’alerte est dépassé quand il y a plus de 60% des patients atteints de Covid-19 qui sont en réanimation. Il est appliqué à l’échelle régionale. Les tensions sanitaires restent importantes en Ile-de-France et à Mayotte.

Source: Facebook du Ministère des Solidarités et de la Santé

La carte des points de vigilance pour la phase 2 se base sur les quatre indicateurs et elle montre des départements en orange, qui sont ceux pour lesquels il y a au moins deux indicateurs sur les quatre au dessus des seuils de vigilance, et il faut maintenir une vigilance renforcée après une analyse approfondie.

En Ile-de-France, la vigilance est justifiée par la persistance d’un taux d’incidence encore élevé dans certains départements et d’un taux de patients hospitalisés en réanimation encore élevé. Les mesures doivent être prises à l’échelle de la région à cause de la forte densité de la population, des réseaux de transports et de la mobilité des habitants.

A Mayotte, la vigilance est renforcée parce que l’épidémie est toujours active, et la tension sanitaire persiste.

La Guyane est classée en vigilance renforcée parce que c’est lié aux indicateurs épidémiques au dessus des seuils de vigilance et un nombre R effectif supérieur à 1, qui démontrent la circulation toujours active du virus.

Même dans les département verts, le virus circule toujours. Restons vigilants.

Source: Facebook du Ministère des Solidarités et de la Santé

Les tests PCR et sérologiques

Le déploiement massif des tests PCR et la centralisation numérique des données permettent au gouvernement de tester chaque personne symptomatique et tous les cas contacts à risques et mener des programmes de dépistage spécifique. « A ce stade plus de 80% des résultats des tests PCR sont rendus en moins de 36 heures », se félicite Olivier Véran. Un constat: plus de capacités de tests, moins de malades en circulation et de contacts rapprochés.

Il y a aussi des opérations dans les populations asymptomatiques, même là où personne n’appelle, pour vérifier la circulation du virus même si on pense qu’il n’y pas de symptômes. Tous le monde doit avoir accès au test.

Olivier Véran préconise de contacter son médecin s’il y a des symptômes (toux, fièvre, douleur respiratoire) pour se faire prescrire un masque et un test.

Les tests sérologiques sont en complément et indiquent si une personne a été malade dans le passé. Ils ne permettent pas de détecter la présence d’un virus mais ils identifient la réaction immunitaire. On cherche à savoir si une personne a développé des anticorps contre le virus. Cela montre que cette personne a été exposée à la maladie avec ou sans symptômes et qu’elle en a gardé une mémoire immunitaire qui va protéger contre le virus.

Mais on peut contaminer des personnes, même avec un test sérologique positif. Soyons tous vigilants que le test soit positif ou négatif.

Par ailleurs, la Haute Autorité de Santé a publié une liste de tests qui sont pris en charge à 100% par l’Assurance Maladie puisqu’ils sont prescrits par un médecin. Ces tests en laboratoire concernent aussi les personnels de santé et ceux des Ehpad qui le souhaitent.

L’application Stop Covid

« Sur proposition du secrétaire d’Etat au numérique Cédric O, nous avons voulu mettre à la disposition des Français un outil complémentaire du travail des enquêteurs sanitaires. C’est l’application mobile Stop Covid », dit Edouard Philippe, pour tester, tracer et isoler.

Le Conseil Scientifique, l’Académie de Médecine, l’Ordre des Médecins, le Comité pilote d’éthique numérique ont jugé utile la création d’une telle application.

Les parlementaires sont d’accord, avec vigilance, pour que Stop Covid respectent les données personnelles et de vie privée des utilisateurs. Le premier ministre garantit certains points: pas de géocalisation, une utilisation anonyme et temporaire, aucun accès de l’Etat aux données permettant d’identifier les utilisateurs.

La Commission nationale de l’informatique et des libertés a validé à deux reprises le déploiement de l’application gratuite et simple à utiliser. Elle permettra d’alerter immédiatement une personne à proximité de façon prolongée, d’une autre personne testée positive, donc à moins d’un mètre, pendant plus de 15 minutes, dans les derniers jours. Il s’agit d’inciter la personne alertée à restreindre ses déplacements, à consulter un médecin et à faire tester.

Source: Facebook du Gouvernement

L’enseignement

Le gouvernement veut accélérer la réouverture de tous les établissements scolaires. Dans la phase 1, plus de 90% des communes ont décidé de rouvrir leurs écoles, ce qui représente 82,5% des écoles primaires. Un travail est déjà entamé avec les 10% des communes restantes pour atteindre les 100% à partir de mardi prochain.

Dans l’hexagone, 22% des écoliers ont été accueillis dans les zones vertes contre 14% dans les zones rouges.

95,5% des collèges sont ouvert depuis une semaine. 28% des élèves de 6è et 5è sont allés en cours dans les zones vertes.

Dans la phase 2, toutes les écoles seront ouvertes et assureront un accueil des élèves au moins une partie de la semaine, avec des groupes de 15 élèves maximum. S’y ajoutera un programme complémentaire « Sport, santé, culture, civisme » en partenariat avec les communes.

Source: Facebook du Gouvernement

Les collégiens de la 6è à la 3è pourront aller en cours dans les zones vertes. Les collèges vont accueillir en priorité les élèves de 6è et de 5è dans les zones oranges. Le protocole sanitaire est maintenu. Le programme « Sport, santé, culture, civisme » pourra s’appliquer pour les collèges.

S’agissant des élèves en situation de handicap, 80% des Unités Localisées pour l’Inclusion Scolaire (ULIS) ont pu rouvrir dans les écoles et les collèges. Entre 20% et 50% des élèves ont été accueillis en présentiel. Le gouvernement veut que 100% des ULIS soient ouvert la semaine prochaine.

Tous les lycées vont rouvrir avec un protocole sanitaire identique à celui des collèges. Ce sont les lycées généraux, technologiques et professionnels dans les zones vertes, qui accueilleront les élèves sur au moins un des trois niveaux. L’ouverture des autres niveaux se fera en fonction des situations locales.

Dans les zones oranges, les lycées professionnels ouvrent pour accueillir en priorité les élèves de Terminal et les élèves de CAP pour obtenir leur certification. Les lycées généraux et technologiques accueilleront les élèves sur convocation pour des entretiens pédagogiques et individuels, afin de faire le point sur leur projet d’orientation et effectuer le suivi de Parcoursup pour les élèves de Terminal.

Retenons que l’épreuve orale du baccalauréat de français est annulée. Cette épreuve sera validée par le contrôle continu avec les notes des deux premiers trimestres. Par ailleurs, le gouvernement lance une campagne d’identification et de prise en charge des élèves décrocheurs.

Source: Facebook du Gouvernement

Jean-Michel Blanquer sera attentif à la suite du parcours des élèves de Première de cette année pour garantir au mieux le passage et le succès du baccalauréat en 2021.

Tous les ministres seront amenés à préciser le détail des mesures présentées aujourd’hui; et le décret qui les organise, qui les fixe, sera pris ce week-end pour traduire en droit ces dites mesures.

La phase 3 interviendra à compter du 22 juin.

Présentation 2ème étape du plan de déconfinement.

St@y connected

Salaura DIDON

Le LKP incite les Guadeloupéens à prendre conscience de leur potentiel et à se reprendre en mains

Dans un communiqué daté du mercredi 27 mai 2020, le LKP appelle toutes les forces vives, dynamiques et authentiques, toutes les organisations, les associations et les structures militantes de notre archipel à se rassembler et à collaborer pour instaurer une nouvelle société guadeloupéenne, une nation Gwadloup libre, indépendante, souveraine et responsable.

Pourquoi?

La situation sanitaire actuelle due à la pandémie mondiale de Covid-19 a des conséquences sur la vie des Guadeloupéens. Ce qui amène encore une fois, comme en 2009, à réfléchir à une nouvelle manière de s’organiser et de vivre dans l’archipel. « GWADLOUPEYEN, comme tous nos voisins de la Caraïbe, il importe que nous nous attachions à nous sortir, de cette colonie départementalisée, régionalisée, outremérisée, à prendre nos distances politiques avec cet Etat, républicain, démocratique et malgré tout criminel. Ainsi donc, l’heure est venue pour nous de réinventer une autre idée de nous-mêmes, une autre vision de notre société, une autre conception du développement, de la solidarité, de notre humanité« .

Le LKP rappelle toutes les luttes menées sur le territoire dont nous devons toujours nous souvenir: Mè 1802, Mè 1967, 1910, 1925, 1952, 2009 et maintenant 2020.

Il soulève les problèmes de précarités, de pauvreté, de malnutrition, d’échec scolaire, de terreur sanitaire, de surmortalité des parents diabétiques, hypertendus et cardiaques. Il critique notamment la gestion politique et sanitaire des élus guadeloupéens, des autorités préfectorale et sanitaire.

Comment?

Il invite la population à se reprendre en mains, comme en 2009, à ne compter que sur elle-même pour se nourrir localement « planté pou nou manjé; manjé sa nou planté » et pour se guérir par les « Rimèd razyé ». Il s’agit aussi d’être solidaire avec les personnes âgées, de permettre à la jeunesse de réussir dans la vie, ainsi que de créer de la richesse pour soi et chez soi.

« En vérité, c’est revendiquer et militer pour élever résolument une nouvelle société de Gwadloup, une Gwadloup souveraine et libre de nos choix en matière d’organisation sociale, de protection sociale, d’équilibre social, de production, d’activité économique, de création et de diffusion culturelle, d’occupation de l’espace, d’infrastructures politiques et administratives », explique le LKP.

LKP 27 Mè 2020

St@y connected!

Salaura DIDON

Comment et où célébrer la seconde abolition de l’esclavage de la Guadeloupe le 27 mai?

Cette année est le 172ème anniversaire de la seconde abolition de l’esclavage en Guadeloupe, décrétée un 27 mai 1848. K@ribbean Newsweek vous suggère des idées de lieux, des événements sur place et online pour commémorer l’abolition de l’esclavage ce mercredi 27 mai 2020. Vous avez le choix!

Une commémoration connectée à Marie-Galante

L’union capesterienne invite à une visioconférence via zoom, ce mercredi 27 mai de 10h à 12h.

Au programme: une animation musicale, des poèmes et des interventions de professionnels comme Betty Besry, Pierre Carfournet et Daniel Léon.

Il sera question de l’abolition de l’esclavage à Marie-Galante et en Guadeloupe continentale.

Participez à la réunion Zoom ici: https://us02web.zoom.us/j/87331321152?pwd=cjN5Qm90MGJHZTk3TlhjSVRpTTB6Zz09

ID de réunion : 873 3132 1152
Mot de passe : 928544

Source: Facebook de Betty Besry

Un « Rasanblèman » à la Place de la Victoire

C’est une grande manifestation, placée sous le triptyque IDANTITÉ, JISTIS é RÉPARASYON. Le Comité International des Peuples Noirs (CIPN), le Mouvement International pour les Réparations (MIR Guadeloupe) et le Mouvman REZISTANS ont mis en place un « Rasanblèman » pour rappeler au Peuple Guadeloupéen les mois de Mai qui ont marqué son Histoire singulière, à travers l’interprétation des 7 rythmes du Gwoka soutenant des textes, poèmes et chansons se rapportant à des événements qui se sont déroulés en 1802, 1848 et 1967.

Ainsi, ce mercredi 27 mai 2020 à 10 heures précises, sur la Place de la Victoire, les groupes KALBASKA, LAKOU VÉRANDA, MASKO et GAYÒK feront sonner le KA avec la participation des groupes de danse KAMODJAKA, LYONN KA, KRÉÒL SHOW, les BALISIERS, KOKLAYA et l’AJSF.

Les chanteuses Tricia Evy et Marie-Line Dahomay chanteront les héros de 1802 et les martyrs de Mé 67, après la déclamation d’un poème dédié aux ancêtres par Frédérique Bergina, puis d’un poème de Sony Rupaire sur mars 1967 par Massita.

Cette manifestation se terminera par une procession qui se dirigera en bon ordre vers le Boulevard des Héros, où un hommage solennel sera rendu à Joseph IGNACE et à tous les combattants de la Liberté de 1802 qui ont préféré mourir les armes à la main, plutôt que de retomber en esclavage.

« Nous devons signaler l’implication de la Ville de Pointe-à-Pitre qui nous a autorisés à occuper l’espace public et nous a apporté un soutien logistique en matière de sécurité (barrières vauban, arrêt circulation, etc..) », affirme les organisateurs.

Vous pouvez suivre l’événement en direct sur le Facebook de Kamodjaka.

Statue de la Mulâtresse Solitude
Statue de Joseph Ignace
Fresque à Lacroix
Fresque à Lacroix
Fresque à Lacroix

Jaden an nou pa pousé an bato

Le Mémorial ACTe mettra en lumière le patrimoine que représente le jardin créole, son lien entre mémoire et transmission à travers:

  • la diffusion en continu d’entretiens avec des personnalités issues du monde culturel, scientifique et artistique sur les réseaux sociaux et l’Esplanade du MACTe de 09h à 21h
  • les séquences en ligne via le Facebook du MACTe
  • un Facebook live avec Hector POULLET à 11h et à 18h
Source: Facebook du Mémorial ACTe

5 Karavann Pou Libètè

Le LKP organise 5 caravanes en Guadeloupe continentale ce mercredi 27 mai, le matin. Les communes et les précautions sanitaires à prendre sont ici:

Fanm Doubout

La Fondation pour la Mémoire de l’Esclavage vous donne rendez-vous pour un live ce mercredi 27 mai à 11h en Guadeloupe (17h à Paris) avec un programme riches en événements: 1h30 d’échanges, de performances, de débats autour de la mémoire partagée et la transmission d’une histoire qui concerne les ultramarins.

Michel Reinette présentera ce live organisé avec les partenaires Trace, RCI, Nofi, Outremers 360°. Les invités sont Simone Schwarz-Bart, Dominik Coco, Dominique Rogers, Estelle-Sarah Bulle, Fanm Ki Ka, Jean-Pierre Sainton, Laurella Rinçon, MC Kanis, Clara Palmiste, Stéphanie Mulot.


Source: Facebook de la Fondation pour la Mémoire de l’Esclavage

St@y connected!

Salaura DIDON

Marie-Galante: La CCMG informe le public que ses services sont toujours joignables par téléphone en attendant la réouverture du siège aux usagers

Dans le cadre de la continuité des services, du plan de déconfinement et de la reprise progressive des activités de la CCMG depuis lundi 11 mai 2020, le Dr Maryse ETZOL, Présidente de la Communauté de Communes de Marie-Galante, informe les usagers que l’application des mesures de distanciation et de normes d’hygiène ne permettent pas à ce jour l’accueil du public. Un nouveau communiqué précisera la date d’ouverture du siège au public, dès lors que l’ensemble des aménagements et des mesures sera effectif.

Les contacts des différents services

Les services restent joignables par téléphone 0590 97 83 58 du lundi au vendredi de 9h à 13h, par mail et par courrier.

Source: Facebook de la Communauté de Communes de Marie-Galante (CCMG)

Tableau contacts des différents services

Horaire d’ouverture du centre de tri et du quai de transfert de Folle Anse


✅ Le centre de tri pour les petits électroménagers, les déchets d’équipements électriques et électroniques, les déchets verts est ouvert du lundi au samedi de 7h à 17h.
✅ Le quai de transfert de Folle Anse pour la collecte des déchets métalliques et les autres déchets est ouvert du lundi au vendredi de 6h30 à 13h30.

St@y connected!

Salaura DIDON

« Mé 67, Récits d’un massacre » un film de Combat Ouvrier réalisé par Frédérique Menant

MAI est un mois d’histoire, un mois de lutte, un mois de commémoration relative à la mémoire des ancêtres. K@ribbean Newsweek vous propose de regarder « Mè 67, Récits d’un massacre« , un film de l’organisation antillaise Combat Ouvrier réalisé par Frédérique Menant. Ce film se base sur les témoignages de blessés et de témoins directs, et montre des images d’archives.

Le film est diffusé online

Ce film de 1h11 est disponible sur Youtube depuis le 2 avril 2020. Réalisé avec la collaboration de Max Céleste, Lita Dahomay et René Cuillierier, militants de Combat Ouvrier, ce film a recueilli le récit de l’ex madame Jacques Nestor, défunte Jacqueline Bastide, dont le mari fut assassiné par les forces de l’ordre coloniales, de Raymond Nazaire, d’Émile Ernatus (blessé), de Solange Yvon Coudrieu (grièvement blessé), d’Emmanuel Servais Angèle, de Jacques Narvis, de Lita Dahomay, de Rita Dahomay, de Guy Jean-Baptiste (ex emprisonné).

Les émeutes du 26 au 28 mai 1967

En 1967, des émeutes d’origine raciale se produisent à Basse-Terre (20-22 mars) et à Pointe-à-Pitre (26-27 mai). Lucien René-Abenon et Oruno D. Lara rapportent ces événements qui ont marqué les consciences guadeloupéennes et qui ont fait des victimes innocentes. A Basse-Terre, les mouvements sont déclenchés à la suite d’un incident « mineur »: un marchand de chaussures Snrsky, un français d’origine polonaise lâche son chien sur un cordonnier guadeloupéen infirme qui possède sa petite devanture de réparation de chaussures devant la porte de son magasin « Sans Pareil ». La foule se soulève et saccage son magasin, incendie sa voiture et celle de son épouse avant de les jeter à la mer, puis pille leur villa. Snrsky et sa famille sont contraints de fuir. Malgré un appel au calme radiophonique du préfet de la Guadeloupe déclarant comprendre cette colère et promettant la punition du coupable, d’autres magasins continuent à être saccagés. Des affrontements entre manifestants et forces de l’ordre font plusieurs victimes et les émeutiers sont condamnés à de lourdes peines de prison.

Deux mois plus tard, une grève des ouvriers du bâtiment est organisée pour une revalorisation de salaires de 2%. Les CRS ont ordre de tirer sur la foule de manifestants dans les rues de Pointe-à-Pitre, près de la Darse, devant la Chambre de Commerce où se déroulent les négociations avec le patronat. Jacques Nestor, un responsable syndical, est le premier visé et abattu. Le lendemain, des lycéens manifestent pour exprimer leur solidarité avec les ouvriers. De nouveau ce jour-là, les forces de l’ordre font usage de leurs armes. Des automobilistes sont molestés, des voitures incendiées et des magasins pillés. Selon l’ancien bâtonnier Felix Rodes, 49 corps sont recensés après les massacres. Mais l’enquête n’a pas abouti parce que plusieurs journalistes sont arrêtés par ordre du juge d’instruction Vigouroux, de la cour de Surêté de l’Etat, arrivé en Guadeloupe.

Le jeudi 14 mars 1985, le journaliste Jean-Claude Lefort reprend une déclaration du secrétaire d’Etat chargé des DOM-TOM George Lemoine qui annonce que la répression de 1967 a fait officiellement un minimum de 87 morts et de nombreux blessés. Les historiens Jean-Pierre Sainton et Raymond Gama présentent Mai 1967 comme « la révolte de la classe ouvrière contre une misère et une exploitation devenues insupportables. C’est la rébellion contre les attributs et les symboles du pouvoir blanc » (SAINTON Jean-Pierre, GAMA Raymond. Mè 67….Mémoire d’un événement. Lespwisavann, 2011, p. 238).

Pourtant, le gouvernement français désigne comme responsable le GONG, les membres de l’AGEG et les collaborateurs du journal Le Progrès social. Du 19 février au 1er mars 1968 se tient le procès des Guadeloupéens devant la Cour de Sûreté de l’État dans l’hexagone. Dix-huit patriotes guadeloupéens sont « accusés d’avoir porté atteinte à l’intégrité du territoire nationale français » pour séparer la Guadeloupe de la France. Ils sont détenus à la Santé et à Fresnes. Oruno D. Lara rapporte également les propos d’un des membres qui déclare en avril 1968 dans un autre procès à Pointe-à-Pitre: « Il ne peut y avoir de France d’outre-mer. La France est dans l’hexagone….Le peuple guadeloupéen n’est pas un peuple de mendiants. Il veut rédiger lui-même ses propres affaires…. On nous a acquis jadis avec des fusils » (LARA Oruno. D. De l’oubli à l’histoire: espace et identité Caraïbes Guadeloupe, Guyane, Haïti, Martiniques. Maisonneuve et Larose, 1998, p. 231)

Frédérique Menant, auteur-réalisatrice

Frédérique Menant a fait des études d’anthropologie au sein du groupe de recherche Matières-à-penser, avant de s’orienter vers le cinéma documentaire et de se former à la réalisation à l’université de Poitiers, puis en résidence à Lussas. Elle a collaboré à de nombreux documentaires de télévision et elle a réalisé son premier film en 2009, Kreol, avec le musicien et poète Cap Verdien Mario Lucio Sousa. Son site Internet est ici: https://fredemenant.wordpress.com/

St@y connected!

Salaura DIDON

Après la chanson « After the Storm », Taï J va sortir une mixtape et deux albums

Taï J aka DanjaahTaï est un artiste dancehall martiniquais, qui est dans le milieu musical depuis plus de dix ans. Ce chanteur et compositeur âgé de 32 ans aime varier les styles musicaux. « After the Storm » est sa première collaboration réussie avec Spiceson et Yishah. Par ailleurs, il va sortir prochainement une mixtape et deux albums. Devinez avec qui il est en duo sur un de ses albums.

Un duo avec Spiceson

Taï J chante en duo avec Spiceson dans un de ses deux albums qui va sortir prochainement. C’est l’album qu’il a peaufiné pendant le confinement. Et il a d’autres projets musicaux.

Son couplet dans « After the Storm »

Taï J connait Spiceson depuis un certain nombre d’années. Les deux artistes se suivaient déjà mutuellement. Il a proposé à Spiceson de venir chez lui pour enregistrer la chanson. Ensuite, c’est Spiceson lui-même qui lui a demandé d’ajouter sa voix.

Les feedbacks sur la chanson

Les retours de son entourage et de ses fans sont très positifs.

Source: Instagram de Tai J
Source: Instagram de Tai J
Source: Instagram de Tai J

La chanson « After the Storm » est sur Youtube depuis le début du mois de mai.

La composition musicale

Ce jeune chanteur et compositeur est un artiste éclectique, qui a des styles musicaux variés.

Sa carrière musicale

L’artiste est issu d’une famille de musiciens. Il débute sa carrière avec Insomniak Crew en 2005. Il rejoint ensuite le collectif Madin’Set, avant de poursuivre une carrière en solo à partir des années 2010. Il arrive en France hexagonale en 2011. Avec la sortie du clip « Mal crâne », il annonce la préparation de son Extended Play (EP: une version ou un format musical plus long que celui du single) : AWE ME SEH. Des artistes comme Jahyanaï King, Nicy, Dj Greg, X-man, ou encore Kalash répondent ainsi à l’appel et la mixtape sortira en 2012. Ses autres œuvres musicales sont disponibles sur Youtube et Soundcloud.


Sa boite de production

Taï J est un beatmaker. Il est à son compte et possède sa propre boite de production chez lui.

Vous pouvez relire ici les deux autres interviews réalisés respectivement avec Spiceson et Yishah:

Yishah, Spiceson Astral et Tai J chantent « After the Storm », un titre conscient et engagé.

Yishah est satisfaite de sa première expérience musicale avec « After the Storm ».

K@ribbean Newsweek espère que vous avez aimé découvrir et écouter ces trois jeunes artistes qui ont un avenir prometteur.

St@y connected!

Salaura DIDON